Lier les feux qui ravagent le pays au réchauffement de la planète est un raccourci grossier et surtout un bon prétexte pour taper sur le Premier ministre, estime cet éditorialiste du quotidien conservateur australien The Daily Telegraph, qui s’exprime dans The Wall Street Journal.

Lire l’article complet

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici