Depuis le 21 janvier, l’onde de choc du coronavirus s’est diffusée sur les marchés financiers, note l’analyste financier Karl Eychenne, dans une tribune au « Monde », mais les investisseurs ont adopté des stratégies de repli, avant d’acquérir la conviction que le pire ne surviendrait pas.

 

Lire l’article

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici