Au centre des débats depuis plus de dix ans, la construction d’une liaison à grande vitesse entre Londres et le nord de l’Angleterre a été approuvée par le Premier ministre britannique, mardi 11 février. L’objectif : réduire les inégalités territoriales au sein du pays. Mais la facture très élevée ainsi que les dommages environnementaux continuent de poser question. 

Lire l’article complet

LAISSER UN COMMENTAIRE

Postez votre commentaire ici
Entrez votre nom ici