L’animal, protégé, fait l’objet d’un vaste trafic international à destination de l’Asie. Il est soupçonné d’avoir servi d’hôte intermédiaire au nouveau coronavirus SARS-CoV-2. Une chance pour sa survie, s’interroge, dans sa chronique, Hervé Morin, chef adjoint du service Planète Science.

 

Lire l’article

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici