Dans un communiqué envoyé ce lundi soir, Georges Méric assume cette opération aérienne critiquée à Luchon-Superbagnères, mais explique qu'elle était "de dernier recours", et restera exceptionnelle.

Lire l’article

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Postez votre commentaire ici
Entrez votre nom ici