Alors que s’ouvre le Salon de l’agriculture, samedi 22 février à Paris, le secteur est tiraillé. Tout l’enjeu consiste à réconcilier deux visions, l’une productiviste et exportatrice, l’autre de proximité et de qualité, et deux mondes, citadin et rural, note Philippe Escande, éditorialiste économique au « Monde ».

 

Lire l’article

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici