Ce projet d’environ 20 milliards de dollars canadiens, baptisé Frontier, devait permettre la production de 260.000 barils de pétrole par jour. Mais il aurait généré 4,1 millions de tonnes de CO2 par an.

 

Lire l’article

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Postez votre commentaire ici
Entrez votre nom ici