Fermé en 2016, l’abattoir de ce village du Briançonnais a été repris par une coopérative d’éleveurs, pour des raisons économiques, mais aussi morales, afin de se réapproprier la mort des animaux.

 

Lire l’article

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici