Dans sa chronique au « Monde », l’économiste Paul Seabright évoque une étude récente consacrée aux traces très inégales laissées par l’épidémie de choléra de 1854 dans la géographie des quartiers urbains de la capitale britannique.

 

Lire l’article

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici