Dans cette ville cernée d’ateliers textiles employant de la main-d’œuvre immigrée, les Chinois ne veulent pas être accusés de propager le virus.

 

Lire l’article

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Postez votre commentaire ici
Entrez votre nom ici