Le chef de l’Etat et le gouvernement ne veulent pas laisser se développer un sentiment de psychose, alors qu’« on a devant nous une épidémie qui arrive », selon le président de la République.

 

Lire l’article

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici