Editorial. La mobilisation, légitime, face au SARS-CoV-2 jette par contraste une lumière crue sur une forme de fatalisme et de désinvolture entourant la mort, chaque année, de milliers de personnes tuées par la grippe saisonnière.

 

Lire l’article

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici