Baisse des vitesses de circulation autorisées, “journées sans viande” dans les cantines… Certaines mesures, susceptibles d’aider à enrayer le réchauffement de la planète, sont perçues par certains comme des dérives autoritaires. Or garantir l’intérêt commun, même au prix de quelques libertés individuelles, devrait être le but de toute politique digne de ce nom, juge ce magazine allemand de centre gauche.
 

Lire l’article complet

LAISSER UN COMMENTAIRE

Postez votre commentaire ici
Entrez votre nom ici