L’épidémie due au coronavirus SARS-CoV-2 fait planer le risque d’une abstention en hausse aux scrutins des 15 et 22 mars. Selon un sondage, les électeurs les plus inquiets ne sont pas les plus vulnérables.

 

Lire l’article

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici