Dans un entretien au « Monde », le professeur d’histoire de la santé estime que, comparativement à ce qui s’est passé en 2009 lors de l’épidémie de H1N1, la Chine est beaucoup plus réactive, en particulier s’agissant de la communication des données scientifiques dont elle dispose.

 

Lire l’article

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici