Etant donné la capacité des virus à muter, le nouvel horizon des autorités de santé n’est plus de les faire disparaître purement et simplement, mais de limiter leurs effets par le contrôle, explique l’historien Patrice Bourdelais dans une tribune au « Monde ».

 

Lire l’article

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Postez votre commentaire ici
Entrez votre nom ici