Editorial. Derrière un langage martial, le président Macron, dans sa deuxième allocution sur le coronavirus, a continué de faire appel à la responsabilité individuelle des Français. Une course de vitesse est engagée contre la maladie et la mort.

 

Lire l’article

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Postez votre commentaire ici
Entrez votre nom ici