Editorial. Derrière un langage martial, le président Macron, dans sa deuxième allocution sur le coronavirus, a continué de faire appel à la responsabilité individuelle des Français. Une course de vitesse est engagée contre la maladie et la mort.

 

Lire l’article

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici