Après l’apparition du SARS-CoV-2, Pékin a annoncé des mesures pour endiguer la vente et la consommation d’animaux sauvages. Mais des secteurs cruciaux, comme la médecine traditionnelle, en sont exclus.

 

Lire l’article

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici