Par l’ampleur inédite du dispositif et sa réactivité, la Banque centrale européenne a agréablement surpris les marchés. Ce n’est que dans les crises graves que l’institution gagne en puissance et en cohérence, observe Philippe Escande, éditorialiste économique au « Monde ».

 

Lire l’article

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Postez votre commentaire ici
Entrez votre nom ici