Editorial. Il faut rendre hommage à la capacité de Christine Lagarde, la présidente de la Banque centrale européenne, à faire émerger un consensus sur la nécessité de frapper fort pour affronter la crise économique. Celui-ci n’était pas acquis.

 

Lire l’article

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici