Face à l’imprévisible, la toute-puissance qui, avant la pandémie, présidait au dérèglement et à la destruction de la planète est mise à mal. Et si, demain, demande l’écrivaine dans une tribune au « Monde », l’humanité s’autorisait à ne plus exclure pour exister ?

 

Lire l’article

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Postez votre commentaire ici
Entrez votre nom ici