En 1349, à Grenade, le débat fait rage entre les médecins qui s’en remettent à la volonté divine et ceux qui défendent la notion de contagion. Celle-ci est aujourd’hui admise intellectuellement, mais pas toujours pratiquement, déplore l’historien dans une tribune au « Monde ».

 

Lire l’article

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici