Il guette, prêt à se laisser choir mollement sur nous. L’ennui, qui ronge nos forces vives.

 

Lire l’article

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Postez votre commentaire ici
Entrez votre nom ici