Foot, cyclisme, tennis, Formule 1… Depuis que l’épidémie de coronavirus s’est muée en pandémie, nombre de compétitions ont été suspendues. Et avec elles, ce « sport spectacle » érigé en écran entre les amateurs de sport et des dieux revenus à nous, estime Pierre-Louis Basse, dans une tribune au « Monde ».

 

Lire l’article

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici