Moins de circulation, moins de chantiers, moins d'activité : le confinement fait chuter la pollution sonore dans les villes. Une libération pour les oiseaux qui étaient jusqu'ici obligés d'adapter leurs chants à notre environnement sonore.

Lire l’article

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Postez votre commentaire ici
Entrez votre nom ici