Les avocates Astrid Mignon Colombet et Diane Floreancig s’interrogent, dans une tribune au « Monde », sur la validité juridique d’une invocation de la « mise en danger d’autrui » à l’encontre des contrevenants aux mesures de confinement.

 

Lire l’article

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Postez votre commentaire ici
Entrez votre nom ici