Alors que les Italiens font bloc autour de leurs institutions, ils affichent une défiance croissante vis-à-vis de l’UE, se sentant abandonnés par leurs partenaires européens, analyse l’historien Marc Lazar dans une tribune au « Monde ».

 

Lire l’article

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Postez votre commentaire ici
Entrez votre nom ici