LE MONDE D’APRÈS. La notion de relocalisation s’était imposée après la crise de 2008 dans une logique de création d’emplois. Mais elle ne suffira pas à assurer la résilience de la plupart des économies frappées par le coronavirus, analyse Arnaud Florentin, économètre et directeur du pôle « empreinte économique » du cabinet Utopies.

 

Lire l’article

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici