LE MONDE D’APRÈS. La notion de relocalisation s’était imposée après la crise de 2008 dans une logique de création d’emplois. Mais elle ne suffira pas à assurer la résilience de la plupart des économies frappées par le coronavirus, analyse Arnaud Florentin, économètre et directeur du pôle “empreinte économique” du cabinet Utopies.

 

Lire l’article

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Postez votre commentaire ici
Entrez votre nom ici