La déforestation et l’artificialisation des sols créent des « passerelles » pour la circulation des virus entre animaux sauvages et humains, estiment plusieurs experts. Sans compter le rôle joué par un système alimentaire peu durable.

 

Lire l’article

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici