Au bout d’une semaine de confinement, des baisses notables des concentrations de dioxyde d’azote ont été constatées dans quasiment toutes les régions de France. L’effet sur les particules fines est en revanche plus difficile à évaluer.

 

Lire l’article

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici