L’exécutif, qui travaille à recapitaliser Air France et s’inquiète de Renault ou de PSA, doit aussi soutenir le petit commerce, affecté par les « gilets jaunes », les grèves et le coronavirus, observe Philippe Escande, éditorialiste économique au « Monde ».

 

Lire l’article

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Postez votre commentaire ici
Entrez votre nom ici