Après la Chine, c'est au-dessus de l'Italie que s'est arrêté le satellite de la mission Copernicus Sentinel-5P : il nous montre, une nouvelle fois, que si l'épidémie de coronavirus a bien un effet positif, c'est sur la pollution de l'air.

Lire l’article

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Postez votre commentaire ici
Entrez votre nom ici