Pour le patron des urgences de l’hôpital Georges-Pompidou, à Paris, davantage que les hommes politiques, ce sont leurs conseillers qui sont responsables. Cette crise du coronavirus en est la preuve, selon lui.

Lire l’article

LAISSER UN COMMENTAIRE

Postez votre commentaire ici
Entrez votre nom ici