La loi du 23 mars a donné au premier ministre des pouvoirs exorbitants de restriction des libertés individuelles, sans l’exercice d’un contrôle approfondi de la part du Parlement.

 

Lire l’article

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici