En période exceptionnelle, des libertés peuvent être restreintes au nom de l’intérêt général, mais les dispositions prises sont temporaires, assure Nicole Belloubet, la garde des sceaux dans une tribune au « Monde ».

 

Lire l’article

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Postez votre commentaire ici
Entrez votre nom ici