Dans une tribune au « Monde », l’ancien premier ministre grec observe que les mécanismes qui avaient mis son pays à l’index sont de nouveau à l’œuvre dans la crise actuelle, plusieurs chefs d’Etat ne voulant pas envisager une « mutualisation de la dette ».

 

Lire l’article

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Postez votre commentaire ici
Entrez votre nom ici