De l’Irlande aux Pays-Bas en passant par la France et la Belgique, en tout, les 21 camions à bestiaux ont acheminé 6 000 veaux sur 2 000 kilomètres, pendant plus de 50 heures, dans des conditions révoltantes, quand on sait que ces bêtes sont nées deux ou trois semaines auparavant et n’ont encore jamais vu le jour.

Cet article « En pleine crise du COVID-19, les longs transports d’animaux vivants doivent être interdits » est apparu en premier sur La Relève et La Peste.

Lire l’article

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Postez votre commentaire ici
Entrez votre nom ici