Les médecins de ville redoutent l’augmentation du nombre de malades restant chez eux en état de détresse respiratoire, faute de place à l’hôpital.

 

Lire l’article

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Postez votre commentaire ici
Entrez votre nom ici