Etat d’urgence prolongé jusqu’au 17 avril, loyers suspendus à Lisbonne jusqu’en juin pour les plus précaires, migrants régularisés jusqu’au 1er  juillet : le Portugal tente de résister au « tsunami ».

 

Lire l’article

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici