Le professeur de gestion Laurent Cappeletti rappelle, dans une tribune au « Monde », qu’il faut ajouter aux coûts visibles de l’arrêt de certaines activités le « coût caché » des dysfonctionnements du télétravail, de la réorganisation des entreprises, de l’angoisse des travailleurs confrontés au virus.

 

Lire l’article

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Postez votre commentaire ici
Entrez votre nom ici