« Inspiré de celui qui existe déjà pour les catastrophes naturelles », le nouveau régime « pourrait appartenir à 50 % à l’Etat et à 50 % à un pool d’assureurs privés », estime Thomas Buberl dans un entretien au « JDD ».

 

Lire l’article

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Postez votre commentaire ici
Entrez votre nom ici