SFR a mis plus de la moitié de ses salariés au chômage partiel, Bouygues, une partie. Free y renonce et maintient ses dividendes.

 

Lire l’article

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Postez votre commentaire ici
Entrez votre nom ici