« La fracture numérique ne peut pas à elle seule expliquer le décrochage » d’entre 5 % et 8 % des élèves depuis le début du confinement, selon Pascal Plantard, professeur d’anthropologie des usages des technologies numériques à l’université Rennes-2.

 

Lire l’article

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici