Une ordonnance du 2 avril vise à faciliter la mission de ces praticiens en leur accordant temporairement de nouveaux droits, explique dans sa chronique la journaliste du « Monde » Anne Rodier.

 

Lire l’article

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Postez votre commentaire ici
Entrez votre nom ici