Pour Ibrahim Assane Mayaki, de l’Agence de développement de l’Union africaine, cette crise doit entraîner « une profonde réflexion sur la gouvernance et l’intérêt général ».

 

Lire l’article

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici