Après le Maroc ou le Togo, c’est en banlieue parisienne que l’ancien judoka devenu PDG tente de pallier le manque d’accès à Internet révélé par la crise du coronavirus.

 

Lire l’article

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici