En envisageant, à partir du 11 mai, la réouverture des écoles et des crèches mais aussi le redémarrage d’une partie de l’activité économique, le chef de l’Etat fait un choix politique qui n’est pas sans risques.

 

Lire l’article

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici