Editorial. Pour sa quatrième allocution depuis le début de la crise, le chef de l’Etat a voulu fixer un horizon aux Français, celui du 11 mai et d’un déconfinement progressif. La rhétorique guerrière a fait place à la modestie et à la compassion.

 

Lire l’article

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici