Suite à la plainte d’un syndicat, le tribunal de Nanterre a ordonné, mardi 14 avril, au groupe de ne plus vendre en France que les produits essentiels au nom de la sécurité des travailleurs. Au moment du déconfinement, le dialogue social sera rude estime Philippe Escande, éditorialiste économique au « Monde ».

 

Lire l’article

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici