Editorial. Emmanuel Macron a eu raison, lundi 13 avril, d’appeler à « aider » l’Afrique en « annulant massivement sa dette ». Cela sonne comme une invitation à la Chine, qui est l’un des principaux créanciers de l’Afrique et l’un des plus intransigeants aussi.

 

Lire l’article

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici